Madagascar forêt primaire
Un long séjour au bout du monde, dans un sanctuaire naturel. Le pas a été franchi.


Accueil
Qui suis-je ?
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques


Menu



Commerce inéquitable

Un meuble en bois de rose peut se commercialiser plusieurs centaines de milliers d’Euros. Un pisteur  gagne à peine une vingtaine d’euros pour localiser l’arbre d’or rouge Ceux qui débardent jusqu’à la plage pendant deux jours perçoivent moins de 10 euros. Un fut de 40cm de diamètres sur quelques mètres permet la réalisation d’au moins deux lits par exemple. 

A raison de 800 000 euros pour la vente d’un meuble en occident ou en orient, où vont les 799 780 euros restant ? Certainement pas dans les villages riverains de ces aires illicites d’exploitations où vivent les légitimes héritiers de ce patrimoine naturel exceptionnel.

 

Ici un tronc d’une trentaine de centimètres de diamètres a été abattu, son tronc avoisinait 15 mètres.Rappelons qu’aucune autorisation n’est délivrée pour un diamètre inférieur à 40 cm. Qui plus est cette photo a été prise dans un Parc National du nord est de Madagascar. Le Bois de rose produit habituellement des rejets de souche. Mais les parties pourries sur la circonférence indiquent que celui-ci est définitivement mort

. 

Et si l’on parvenait à retrouver grâce à des prélèvements sur des restants de troncs les provenances des meubles vendus à des prix astronomiques ? La traçabilité permettrait de mieux comprendre qui s’enrichit et dans quelle proportion.


Publié à 12:56 le 9/11/2010
Ajouter un commentaire
Page précédente
Page 3 sur 11